Alexandre Rainville

alexr07_ak

BIO

Après avoir publié Serpents fakirs avec le groupe de poésie Les moyens fakirs de Joliette en 2018, Alexandre Rainville s’apprête à sortir son premier recueil solo Le silence de nos gémissements chez Bouc éditeur en octobre 2019. Ce dernier recueil aborde les violences homophobes, l’héritage militant et la quotidienneté d’une vie amoureuse et sexuelle queer. Il travaille à une maîtrise en recherche-création à l’Université de Sherbrooke dans le cadre de laquelle il écrit sur la quotidienneté de la fabrication artisanale et illégale d’alcool. Il participe à de nombreuses lectures à Montréal, en Estrie et dans la région de Lanaudière. Assurément héritier du dandysme à la Daoust, il se targue d’écrire pour ceux qui comprennent.

 

DÉMARCHE ARTISTIQUE

Pour quoi faire ?

J’écris pour rendre grâce.
J’écris pour permettre aux possibilités de s’élargir.
J’écris pour donner une pause à l’énervement quotidien.
J’écris pour envoyer promener tout le reste.
J’écris pour répandre la bonne nouvelle et corrompre la jeunesse.
J’écris pour rendre à nouveau l’humain sensible.
J’écris pour prendre la place.
J’écris pour libérer des tabous et des silences.
J’écris pour l’essentiel.
J’écris pour dire et c’est là une chose des plus difficiles.
J’écris pour donner des mots aux choses qui n’en ont pas.
J’écris pour rien du tout.

Alexandre Rainville nu sur du velours noir / Luc Pallegoix. 2019.
Alexandre Rainville nu sur du velours noir / Luc Pallegoix. 2019.

Le poète
Ses poèmes
Son habillement
l’alcool qu’il ingurgite
pour le mythe
les bijoux et les sparages
cette vie médiatique
ce n’est que du design
il prend le risque
que quelqu’un lise
les poèmes
plutôt que le bruit
il s’adresse à l’au-delà
il n’arrête pas d’écrire
il sait
la poésie
après tout

 

 

 

 📫 CONTACT 🇨🇦

 

et je réalise soudainement que tellement de poètes
ont été tués par l’idée et/ou le mythe de la vie
de poète;
Yves Boisvert