Dodz Daye

Premier portrait de Dodz

Jeune poète «décoiffé de l’intérieur», Dodz Daye émigre au Québec en 2006. Né au Liban, il vivra un temps en Arabie Saoudite avec sa famille, avant de s’installer à Montréal puis à Sherbrooke où il vit, étudie et crée. 

Artiste marginal, il se définit pluriel, nu, extravagant, versatile, homme et femme. Ses oeuvres poétiques et photographiques l’exposent. Souvent à saveur érotique, elles veulent laisser une part de lui en chacun de nous, s’assurer que nous ayons pu toutes et tous goûter, mordre dans sa tête et mastiquer à en voir MAL.

Reflet de notre époque narcissique, sa démarche empreinte d’une touche de sadomasochisme n’est qu’un aperçu du futur, une analyse de l’avenir. Un avant-goût de l’incohérence et de l’absurdité de la vie tel que la révèle l’aube des samedis matins.

Dès ses premières apparitions publiques, il marque les esprits et les corps. C’est un auditoire enthousiaste qui le découvre lors de ses lectures publiques, parmi lesquelles le Festival du texte court de Sherbrooke – 2019.