Greg Ferland

21992754_120887511899543_4739501584296951047_o.jpg

BIO ET APPROCHE

Grégoire Ferland mène une double carrière de peintre et de sculpteur depuis une trentaine d’années. Né à Saints-Anges, au Québec, en 1946. Il a vécu à Bogota et vit maintenant tour à tour entre Montréal et East Angus où il a installé un atelier depuis quelques années. Ses productions rayonnent sur les deux Amériques. Il compte des expositions individuelles et des expositions collectives au Canada (Toronto, Montréal, Québec), aux États-Unis (New York, New Jersey) et en Amérique latine (San Salvador, Mexique, Colombie).

L’obscurité habille la lumière et enrobe les figures et les formes qui imprègnent les tableaux récents de Grégoire Ferland. Les nuits que peint l’artiste servent de fond à ses toiles ou à ses feuilles de papier. Qu’elles soient noires ou grises ou bleues ou verdâtres ou rougeoyantes, les nuits justifient toujours l’éclairage de lignes surgies de taches ou de traînées sombres.

C’est donc une peinture de l’étrangeté que produit Grégoire Ferland. En définitive, l’artiste propose des espaces qui relèvent, au gré du regard, du genre paysage, du genre portrait ou aux deux genres en même temps tant les éléments de ses compositions semblent solidaires, tant ils paraissent soudés au lieu où ils évoluent. Cette coïncidence fond et forme, permet une pluralité d’interprétations et beaucoup de rapprochements : ceux justement auxquels un voyageur se livre dans le saisissement d’un environnement étranger.

NOTE D’INTENTION

L’intuitionnisme tend à la récupération totale de la force psychique par la descente vertigineuse en soi, l’illumination systématique des lieux cachés et l’obscurcissement progressif des autres lieux. Apportant des révélations sur soi-même, il aide l’esprit à se mouvoir dans un monde fantasmagorique où êtres et choses prennent un aspect imprévu, insolite, et se parent d’une couleur de réalité. Derrière nos actes et nos pensées se cache quelque chose d’inconnu, rendu accessible par la liberté d’expression. Déviant la pensée du conscient, le travail automatique permet alors d’exprimer l’inconscient et l’imprudence du geste libère enfin l’expression inconsciente à travers la peinture. C’est un moyen intermédiaire de lâcher prise en transmettant la pensée autrement. Se révèle ainsi une lecture actuelle de la société par la personne devenue médium.
Gregoire Ferland

www.freewebs.com/gregoireferland 📫 g369f@yahoo.fr 📞 819-451-0741

Atelier Greg Ferland