La belle saison en toute discrétion

Bienvenue à l’Atelier Auckland – Centre d’Art et de Nature.

L’Atelier Auckland est l’unité de production de  Sylvain Dodier et Luc Pallegoix. C’est un lieu consacré à la création artistique et poétique qui ouvre au public pour des évènements, des expositions, des résidences encadrées d’artiste ou d’auteur, des séjours de ressourcement créatif, des ateliers, des master Class, du coaching et du mentorat . Le lieu se trouve dans les Cantons de l’Est / Eastern Townships, au Canada et au Québec, sur un sommet des Appalaches en bordure de la Nouvelle Angleterre, juste sous le ciel, sur une terre ancestrale appelée autrefois Auckland rang 9 terre 1, sillonnée de 7 kilomètres de sentiers pédestres gazonnés dans les bois et les prés, traversée de cours d’eau, peuplée d’animaux et d’oeuvres d’art. On y trouve aussi la bibliothèque de Sylvain, les ateliers de Luc, une résidence de création pour artiste et auteur et 3 studios numériques blancs.

L’Atelier Auckland ouvre ses portes le 11 mai prochain avec la reprise des soirées Stammtisch et proposera différents rendez-vous tout au long de La belle saison en toute discrétion
Art, art de la table et art de vivre le temps d’un festin, d’un entretien, d’un concert, d’un après-midi  au jardin, ou d’une marche au bois…  Avez-vous réservé votre place ?

Sylvain Dodier et Luc Pallegoix

Calendrier de Belle saison.jpg
Déjeuner sur l’herbe d’étudiants devant la cathédrale de Maguelonne /Max Leenhardt, vers 1884

Au programme de La belle saison 
Mai
11 – Stammtisch de mai fait ce qu’il lui plait
18 – Les entretiens d’Auckland  – Du Bonheur

Juin
9 –  Un après-midi avec Monique Fauteux et Sylvie Tremblay 
15 – Stammtisch de juin

Juillet
14 – Stammtisch à la Française
20MAUVAIS GARÇONS 2.0

Aout
3 – Les entretiens d’Auckland – De la création
10 – Stammtisch en août pâté en croute 

Différentes formules sont aussi disponible en soirée privée. N’hésitez pas à nous contacter pour élaborer votre projet clef en main ou sur mesure.

Le Stammtisch

Stammtisch

Stammtisch c’est un mot allemand composé du mot « tisch » qui veut dire « table », précédé du mot « stamm » dont les trois sens se complètent et viennent nous chercher : tribu, racine, tronc. Il s’agirait donc littéralement de la table de la tribu. Le ton est donné. Dans les faits, c’est une spécificité de la culture germanique. Dans les auberges, dans les cafés, il y a une table réservée au cercle d’habitués, amis de la direction, notables, artistes et intellectuels, où c’est un honneur d’être reçu si on n’est pas du coin. Alors Sylvain et moi avons trouvé qu’à Auckland, ce serait une bonne idée d’ouvrir un Stammtisch dans une galerie d’art qui donne sur un jardin à la française dans le Haut-Saint François. Ça mélange l’art et l’art de vivre aux arts de la table. Ce sera une joyeuse tablée nourrie de mets et de conversations, exactement comme on sait que ça rapproche et croise les convives. Ça sera une table instruite et légère, métissée d’histoire(s) et de géographie, inclusive, intergénérationelle et internationale pour 12 convives pas un de plus. Nous y travaillerons des produits de notre terroir fruit du travail d’artisans et de fermiers respectueux. Nous signerons des plats qui ont voyagé et se sont métissés, des mets qui ont des choses à dire et à faire dire.

La formule est aussi disponible en soirée privée. N’hésitez pas à nous contacter pour élaborer votre projet clef en main ou sur mesure.

 

L’ennui naquît un jour de l’uniformité.

À quelques jours de l’ouverture, il est important de rappeler que l’Atelier Auckland est inclusif 👨‍👨‍👦 intergénérationel 👴🏻 et international 🌎
On y trouve des alliés de la diversité 🏳️‍🌈
N’hésitez pas à vous y sentir bien 🕊

DIVERSITÉ.jpg

Vernissage : https://www.facebook.com/events/136440893569674/

Attention !

Attention

Les équipes de joyeux bénévoles se succèdent à l’ Atelier Auckland où les opérations s’enchainent à la vitesse de l’éclair au point qu’il est parfois difficile de se frayer un chemin entre les amoncellements d’oeuvres d’art, ou bien encore de reconnaitre les lieux tant ils se parent de nouveaux atours de jours en jours !
Les photos de Sylvie Pinsonneault sont en place au bas des murs du studio de la Résidence et attendent leur lévitation. C’est moins calme dans le grand studio très fraichement repeint, où les tableaux de l’exposition croisée de Chantal Bonneville  et de Catherine Landry on été déplacés probablement cent fois chacun avant de trouver l’équilibre thématique et chromatique, ainsi que la morphologie de l’accrochage. Mais il y fort à penser que nous y sommes… Avec Robert Peloquin, nous sommes au point sur les emplacement des grandes sculptures qui seront placées dans le jardin français, et ça avance bien pour la sélection des plus petites, mais le temps passe si vite ! À vrai dire, c’est dans le loft que ces messieurs sont en retard, parce que si de nombreuses petites mains s’affairent sur les photographies de Luc Pallegoix, elles n’en sont pas moins à Montréal, et de leur coté, les poèmes de Sylvain Dodier n’ont pas encore quitté la bibliothèque. Raphael Zweidler s’affaire plus loin, mais on s’assoira bientôt ensemble sur ses meubles à la lumière de ses lampes.
La vie d’artiste c’est pas ce qu’on croit ! Mais quand même, ce serait surprenant, et même un peu inquiétant, que nous soyons prêts deux semaines avant, non ?
Et vous, serez-vous prêts ?